28 septembre 2021
L’excitation autour de la culotte sale et ses émotions annexes

L’excitation autour de la culotte sale et ses émotions annexes

Le Dr Derrick Yeo, consultant au département de psychiatrie légale de l’Institut de santé mentale, a déclaré qu’il est courant que des personnes normales aient des fantasmes sexuels inhabituels, mais que seule une petite minorité passe à l’acte. Une recherche de “sous-vêtements usagés” sur un site singapourien de petites annonces gratuites a donné lieu à 157 annonces. Une autre recherche sur les “culottes usagées” a donné 142 résultats, ce qui laisse supposer qu’il existe une demande pour ces articles personnels. Sur certains forums, des utilisateurs anonymes exposent leur besoin de choses qu’ils font en privé comme renifler les sous-vêtements usagés, les culottes souillées et les aisselles odorantes d’autres personnes, par exemple. Qu’ils soient pervers, contre-nature ou pervers, ces personnes et leurs fétiches existent : Les personnes qui éprouvent une attirance sexuelle intense pour des objets non vivants ou des parties du corps qui ne sont pas traditionnellement considérées comme sexuelles. Le mois dernier, un homme de 34 ans a raconté au monde entier, par le biais des médias sociaux, qu’il sentait des sous-vêtements féminins et qu’il faisait des actes obscènes avec ces articles le long du couloir commun d’un immeuble de logements sociaux.

Le fétiche et la culotte sale pour redorer la force sexuelle

En effet, si le fétichisme peut animer une relation sexuelle consensuelle dans laquelle les deux parties savent ce qui les attend, les experts estiment qu’il peut devenir problématique lorsqu’il commence à affecter divers aspects de la vie de l’individu. En raison du nombre limité d’études et de la sous-déclaration, il n’existe pas de chiffres sur la prévalence du fétichisme ici, qui désigne l’utilisation d’objets non vivants ou d’une partie non génitale du corps pour l’excitation et la gratification sexuelles, en particulier avec les dessous sales et naturellement odorant. Aujourd’hui, la recrudescence du nombre de femmes vendant des culottes sales en ligne est claire. Une augmentation de 10 pourcents est observée chaque année,https://culotte-salie.fr en est un bel exemple. “Les fétichistes auront donc de quoi faire les prochaines années” s’est exprimé Monsieur Derrick Yeo avec ardeur et stupéfaction.

Cuir, Latex, soie et dentelle: place à la vente de la culotte sale

De nombreux fétichismes impliquent des extensions du corps humain, comme des vêtements ou des chaussures. Le Dr Yeo, célèbre psychiatre singapourien, a déclaré que les fétiches les plus courants sont les tabliers, les chaussures, les articles en cuir ou en latex et les sous-vêtements féminins. Une étude publiée dans l’International Journal of Impotence Research en 2007 a révélé qu’environ un homme sur trois a une préférence sexuelle liée au corps humain, comme les pieds, ou à des objets vécus en étroite association avec le corps, comme un vêtement. Les pieds et les objets associés aux pieds étaient la préférence la plus courante, a constaté l’étude après avoir analysé le contenu de près de 400 groupes de discussion en ligne, accompagné des parties intimes de la femme et des culottes avec trois textures particulières: le latex, la soie et la dentelle. Le Dr Yeo a déclaré : “Dans certains cas, (ces objets) servent simplement à renforcer l’excitation sexuelle obtenue par des moyens ordinaires, par exemple en faisant porter à leur partenaire un vêtement particulier.” Les actes mineurs de fétichisme avec un comportement sexuel consensuel ne sont pas considérés comme un trouble car la détresse et la déficience fonctionnelle sont absentes. “Cela peut même être agréable, et la personne n’a pas honte ou ne se sent pas coupable”, a-t-il ajouté. Cependant, un trouble fétichiste plus intense ou hautement compulsif pourrait conduire à des comportements qui causent des problèmes dans les relations et affectent la capacité de la personne à fonctionner au travail ou à la maison, a ajouté le Dr Yeo.

Une fixation autour des sous-vêtements sales comme le string

Le psychiatre Lim Boon Leng a déclaré que les personnes atteintes d’un trouble fétichiste font une fixation sur l’utilisation d’un objet non vivant ou d’une partie du corps non génitale comme moyen unique et principal de gratification sexuelle. Selon les experts, pour qu’un diagnostic soit posé, il faut également que le trouble provoque une détresse ou une déficience significative dans la vie de la personne, notamment dans son fonctionnement social, professionnel et autre, que l’on retrouve avec la culotte sale. Le Dr Lim, qui exerce au Dr BL Lim Centre for Psychological Wellness, a déclaré : “Il faut que cela cause un problème dans la vie de la personne. Par exemple, certains hommes mariés n’ont pas d’activités sexuelles correctes avec leur femme, ce qui peut entraîner des problèmes conjugaux lorsque leur femme les surprend avec une culotte usagée par exemple.” Pour le Dr Lim, qui voit une poignée de cas de troubles fétichistes dans son cabinet, il a déclaré que certains patients se sentent coupables de leur comportement et connaissent également des humeurs dépressives et de l’anxiété, même si il faut conseiller pour leur plaisir personnel d’acheter ce type de sous-vêtement déjà utilisé.”L’envie peut être très forte et ils ressentent le besoin de le faire pour obtenir une gratification sexuelle, mais ils savent que ce n’est pas quelque chose de toléré par la société. Ils peuvent se sentir coupables, surtout s’ils ont des partenaires”, a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *